La croix et la joie.
 

Cette année, le mois d’avril a ceci de particulier qu’il commence avec la fête des Rameaux, l’entrée dans la Semaine sainte. Voici le temps d’entreprendre un parcours, une montée qui nous fera pénétrer plus profondément au cœur de la foi chrétienne : le mystère pascal. A chaque Eucharistie nous le reconnaissons : « Il est grand, le mystère de la foi ». C’est le mystère de la vie de Jésus donnée pour la multitude. En bons catholiques, nous le savons : la grande fête chrétienne, c’est Pâques. C’est là que nous reprenons, ensemble en Église ou chacun personnellement, la première profession de foi chrétienne qui tient en une phrase : "Christ est ressuscité". C’est le temps du passage de la mort à la vie avec le Christ mort pour nos péchés et ressuscité pour notre vie. C’est le temps où nous accédons à une foi plus mûre, plus épanouie parce que plus éprouvée. Pour arriver à Pâques, il nous faut passer par le Vendredi saint et accepter d’être confrontés à notre péché, à l’injustice et à la mort. La joie de Pâques est empreinte de gravité car nous n’oublions pas que nous avons été rachetés à grand prix. Au cours des jours qui viennent, nous rencontrerons le Christ crucifié et ressuscité. « Hier et aujourd’hui il est le même, il l’est pour l’éternité » (Hb. 13, 8). Et si, comme ses disciples autrefois, nous trouvons difficile de le reconnaître dans sa gloire de ressuscité, nous pouvons néanmoins le rejoindre dans sa condition de crucifié. Remplis de l’espérance pascale, nous découvrons sa présence dans nos frères humiliés et meurtris. En nous mettant à leur service, nous avons l’assurance qu’il les relève.

Fr. Louis-Marie






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP